SOUTIEN À LA MOBILISATION DES PERSONNELS DES URGENCES HOSPITALIÈRES

Congrès FSU 69 (5 et 6 novembre 2019)

Intervention Émancipation concernant les mobilisations spontanées, suivie de la motion adoptée à l’unanimité du congrès

L’année écoulée a été marquée par d’importantes mobilisations qui ont un point commun, celui de leur caractère spontané.

C’est le cas de la mobilisation des Gilets Jaunes, dont on peut discuter longuement, mais dont personne ne peut nier le caractère spontané et qui a marqué toute l’année écoulée.

Grève des urgences Lyon Croix Rousse

C’est le cas de la mobilisation des services d’urgence des hôpitaux, un mouvement au départ complètement spontané qui a su dégager des revendications communes et qui a su s’organiser en une coordination nationale représentative et obtenir l’appui des syndicats.

Cette mobilisation met aujourd’hui le gouvernement en difficulté.

C’est le cas très récent des deux mobilisations qui ont éclatées à la SNCF avec en particulier le recours au droit de retrait à la suite d’un accident, puis une grève spontanée dans un centre de maintenance des TGV.

Cette dernière a formulé trois revendications dont nous pourrions nous inspirer :

La première, l’exigence du RETRAIT d’une mesure décidée par la direction, de retrait pur et simple, ce qui a été obtenu. Puis celle du paiement des jours de grève et enfin, une revendication nouvelle et réjouissante : la demande d’une prime de 3000 euros pour reprendre le travail.

Même si cette dernière n’a pas été retenue, il en reste le plaisir d’avoir vu la tête du ministre s’indignant d’une telle revendication.


Ces revendications spontanées ont surgi comme une tentative de surmonter la politique des directions syndicales qui bloquent et canalisent les mobilisations par le recours au dialogue social.

Aujourd’hui, le gouvernement est inquiet en particulier avec ce qui se profile au mois de décembre sur la question des retraites. Et sa réponse, une fois encore, c’est une dose supplémentaire d dialogue social destinée cette fois-ci à organiser la division, avec des discussions qui se poursuivent par branches. L’idée d’u certain nombre de conseillers de Macron c’est de discuter à par des régimes de la RATP, des cheminots, d’EDF… en leur appliquant la règle dite du « grand-père » qui ferait que seuls les nouveaux salariés de ce secteur se verraient appliquer la réforme des retraites à points.

Il s’agit de désamorcer la mobilisation dans des secteurs qui peuvent être moteur de la lutte. Et le dialogue social est ici une arme pour organiser la division.
Ce qui exige de nous de réaffirmer : Non au dialogue sur la retraite à points, non à la division.

Dans ce cadre, la mobilisation dans les urgences hospitalières, avec en particulier la manifestation du 14 novembre s’inscrit dans le cadre d’une radicalisation des luttes en gestation.

D’où notre motion de soutien aux urgentistes qui peut cristalliser elle aussi l’aspiration à combattre et défaire la politique de Macron.

Motion présentée par Émancipation, adoptée à l’unanimité du congrès FSU 69

SOUTIEN À LA MOBILISATION DES PERSONNELS DES URGENCES HOSPITALIÈRES

Depuis de nombreux mois (depuis la mi-mars 2019), les personnels des urgences se mobilisent contre la pénurie scandaleuse de moyens humains et financiers qui rend insupportables leurs conditions de travail et sont une menace pour la santé des personnes hospitalisées. Cette mobilisation reste d’autant plus légitime que les mesures annoncées par Mme Buzyn se font par redéploiement des moyens et restent dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) qui contraint les hôpitaux publics à de nouvelles économies. Les personnels combattent pour des revendications légitimes et se sont organisés en une coordination nationale avec la participation de leurs syndicats. Ils appellent en particulier à une manifestation nationale le 14 novembre.

Le Congrès départemental de la FSU – comme la FSU nationale (1) - apporte son soutien à cette mobilisation qui concerne les personnels hospitaliers mais aussi l’ensemble de la population, et appelle à manifester le 14 novembre aux côtés des personnels hospitaliers.

Il propose que soit mis en débat au congrès national de la FSU la mise en place dans tout le pays de collectifs de soutien à la mobilisation des urgentistes (et autres secteurs de la santé entrés en lutte : psychiatrie, Ehpad, etc..), collectifs unitaires incluant en particulier les syndicats.

Les personnels des services d’urgence ont besoin du soutien de tous les salariés (et de leurs syndicats) pour gagner sur leurs revendications et infliger une défaite à Macron.

Ce serait un point d’appui majeur pour tous les salariés, pour l’ensemble de leurs revendications, à commencer par la défense des retraites.

(1) Sous réserve de confirmation
52 Pour - 0 contre - 0 abstention - 0 refus de vote


Manifestation 14 novembre à Lyon à 14 h

rendez-vous Place d’Arsonval pour le départ du cortège en direction de l’ARS puis de la Préfecture, à l’appel de la CGT