Congrès SNES : Soutien à la mobilisation en Algérie - Pour la libération des prisonniers politiques catalans

Alors qu’il mène l’offensive contre les acquis des travailleurs en France, la politique extérieure d’E. Macron s’inscrit dans la continuité de sa politique intérieure. Nous ne pouvons ignorer les relations étroites entretenues entre les travailleurs français et algériens, ni les mobilisations qui se sont déroulées ici en soutien au Hirak.
Par ailleurs, un collectif s’est constitué à Lyon en soutien aux droits démocratiques du peuple catalan.

C’est ce qui motive les deux motions ci-dessous.

Motion Émancipation  : Soutien à la mobilisation en Algérie

En Algérie, depuis le 16 février 2021, malgré la répression, ce sont d’immenses manifestations qui se sont déroulées dans l’ensemble du pays. Deux ans après le surgissement du Hirak, les marches du vendredi reprennent un peu partout rassemblant des milliers d’Algériens : l’objectif d’en finir avec le régime est à nouveau clairement affirmé par les mots d’ordre : PNG - 113 ko"État civil et non militaire", "Tebboune illégitime !", "Nous ne sommes pas ici pour faire la fête, mais pour vous faire partir !". "Remettez le pouvoir au peuple, le peuple rejette la parodie des législatives du 12 juin". Les manifestants exigent de même que la libération de tous les détenus du Hirak.

Considéré comme "illégitimes", le Président A. Tebboune cherche à reprendre la main. Il veut notamment mettre en place les "réformes structurelles" dictées par le FMI.

Le congrès du SNES de Lyon apporte son soutien à la mobilisation populaire en Algérie.

Il exige la libération immédiate de tous les détenus d’opinion.

Quarante-huit heures après l’annonce des élections anticipées, A. Tebboune recevait un appel téléphonique d’E. Macron. Un communiqué les deux présidents indiquait qu’ils ont décidé de "poursuivre la coordination entre les deux parties en vue de booster la coopération bilatérale dans divers domaines et rapprocher les vues sur certains dossiers". Cet appui d’E. Macron à A. Tebboune, alors que le pouvoir ne cesse de criminaliser le mouvement, est inacceptable.

Le congrès exige que le gouvernement français mette fin à toute forme de soutien au pouvoir algérien.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Motion Émancipation : Pour la libération des prisonniers politiques catalans

Depuis le lundi 14 octobre 2019, 9 femmes et hommes politiques catalans coupables d’avoir organisé un référendum le 1er octobre 2017 sur l’indépendance de la Catalogne sont en prison ou exilés. Et Macron comme l’Union européenne ferment les yeux sur cette situation.

PNG - 78.6 koCe référendum avait été organisé de manière très pacifique, mais n’était pas reconnu par l’État central espagnol et sa tenue avait occasionné une brutale répression menée par la police espagnole.

Il n’a pas suffi au pouvoir central de juger ce vote nul et non avenu, non conforme à la Constitution (constitution de 1978 instaurant la monarchie) : les organisateurs ont été lourdement condamnés pour sédition.

Sans se prononcer en faveur d’une formule particulière (indépendance, autonomie plus ou moins grande, etc.), le congrès du SNES réaffirme le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Il demande la libération immédiate de ces prisonniers politiques, leur amnistie et affirme le droit à l’autodétermination du peuple catalan.

- -
La direction U&A a refusé de voter ces motions
- -


Les autres moments du congrès :

Intervention Émancipation au congrès académique du SNES

Thème 1 : Un système éducatif pour lutter contre les inégalités et démocratiser

Thème 2 : Syndicalisme

Motion Émancipation "Action"